Projet d'aqueduc à Coroma

Publié le par JULIEN M

Bonjour à tous,

Je vous emmène aujourd’hui à Coroma, dans le territoire indigène Bríbrí au pied de la cordillère de Talamanca. Ce village isolé en bordure de fleuve n’est accessible que par bateau. Les habitants du village avec ATEC souhaitent rendre touristique ce lieu exceptionnel et organiser des tours au sein de cette communauté dans l’avenir. Mais il y a pour le moment un problème majeur, celui de l’approvisionnement en eau. En effet, les habitants de Coroma n’ont toujours pas accès à l’eau courante. Depuis novembre dernier, un des projets majeurs d’ATEC pour l’aide au développement est donc de trouver des fonds pour la construction d’un aqueduc reliant la rivière située en amont du village et celui-ci.

Accompagné d’Alaine et d’Ana d’ATEC, de deux experts en irrigation, d’un représentant du fournisseur de matériaux de Bríbrí et d‘Edwin Patterson notre ancien député et membre d’ATEC, nous sommes partis tôt le matin sur les pistes en direction du village de Suretka et de la rivière «Coén». Une pirogue nous y attendait pour remonter le fort courant jusqu’à Coroma.  Ce fut un voyage mémorable, 10 personnes dans cette pirogue, avec des petits rapides à remonter et derrière moi, sans se faire remarquer, le fils du capitaine qui écopait l’eau présente dans le bateau avec sa botte en caoutchouc. Sur la terre ferme, un bus nous emmena jusqu’au village. Dans ce bus, pas besoin d’air conditionné quand il n’y a plus de pare-brise!

La pluie du matin avait fait place un soleil brûlant et l’exercice physique ne faisait que commencer. La randonnée commença tranquillement sur des chemins mais très vite crescendo dans des champs, au milieu de branchages, quelques traversées de rivières, des dénivelés avec un sentier boueux  à souhait, un taux d’humidité intenable sous la canopée et un soleil dangereux dans les endroits dégagés, puis nous remontâmes la rivière et arrivâmes finalement à un dépôt de ciment à côté de l’emplacement du futur réservoir d’eau.

Une pause s’impose, puis encore un petit effort pour atteindre la source d’eau. Là, les ingénieurs calculèrent le débit de l’eau et l’altitude à laquelle nous étions. Pour le retour, ils décidèrent de prendre un autre chemin et de calculer la pente à divers endroits. Seulement, il n’y avait pas de chemin et donc notre guide, Xenon, du utiliser la machette pour en créer un à travers les branches.

L’installation de cet aqueduc long de plusieurs kilomètres, sur des terrains difficiles d’accès et avec un dénivelé de seulement quelques mètres entre la source et le dernier réservoir  parait une mission impossible mais cela ne semble pas impressionner les 2 experts de la société de tubes. La communauté de Coroma fournira la main d’œuvre, mais encore faudra-il recevoir assez de donation pour acheter plus de 500 tubes nécessaires à la construction. Les résultats des analyses des experts et le coût estimé du projet nous seront communiqués prochainement. Si vous voulez contribuer à ce projet atecmail@gmail.com

Pura vida,

Julien MEREAU

DSC05664.JPG

Publié dans stage ATEC

Commenter cet article