Université de Georgie en Talamanca

Publié le par JULIEN M

 

Quoi de neuf aux Caraïbes ?

 

Cette semaine, nous accueillons dans notre magnifique région de Talamanca un groupe de 10 étudiants et leur professeur venus de l’Université de Géorgie aux USA. Ces étudiants en communication sont en voyage scolaire pendant un mois au Costa Rica et ont choisi ATEC pour partir à la découverte des cultures présentes dans la région, leurs différences, leurs façons de communiquer, leur manière de vivre en paix tout simplement.

 

Pour commencer cette aventure, nous sommes partis jeudi à la «Casa Calateas», une auberge perdue dans la forêt et tenue par une association de paysans du village voisin de Carbón 2. Nous avons fait la rencontre de Don Luis, un paysan également guide local, qui gère cette structure, et celle de Doña Dora notre fabuleuse cuisinière.  A peine arrivés, nous partons pour une petite ballade autour de l’auberge pour voir différentes espèces de plantes (héliconias et calateas) et d’animaux (singes hurleurs, paresseux,grenouilles…) puis nous nous arrêtons à l’observatoire aux oiseaux d’où nous jouissons d’une vue imprenable sur la forêt de Talamanca.

 

Retour à l’auberge pour préparer un plat typique de la région : le «Rondon», un ragoût à base de poissons et de nombreux légumes, délicieux! Après ce bon repas, Luis nous raconte son histoire, celle de l’association de paysans et de la «Casa Calateas» ainsi que l’histoire des paysans dans la région de Talamanca. Pour finir cette journée, un groupe de musique Calypso vient nous jouer quelques morceaux. Cette musique est née de l’esclavage et reste très présente dans la culture Afro-Caribéenne. Le roi du Calypso  «Walter Ferguson » vient de Cahuita, un village voisin d’où vient également le groupe « Les 3 mousquetaires » que nous avons écouté.

 

Lendemain matin 5h30, réveil avec un autre concert, celui des singes hurleurs! La forêt est un lieu magique à cette heure-ci, l’air est encore frais de la nuit et, petit à petit, une sorte d’agitation se ressent dans cette végétation abondante qui semble s’éveiller aussi.

 

Un bon «Gallo pinto» au petit-déjeuner et c’est parti pour une randonnée à travers le village de Carbón 2 et des fermes environnantes. Luis nous explique la vie dans une ferme de Talamanca, les différentes cultures (bananes, cacao et tourisme désormais!), il nous enseigne le «biodigestor» qui permet de transformer les excréments des porcs en gaz pour l’usage domestique. Puis, nous avons eu la chance de rencontrer trois familles, directement chez elles pour nous faire partager leur expérience (la plupart des paysans locaux sont d’origine nicaraguayenne), discuter de leurs rapports avec les autres cultures locales.

 

Nous déjeunons ensuite à l’auberge avant de partir vers Puerto Viejo à l’hôtel «Costa de Papito» situé juste en face de la plage de Cocles, les étudiants peuvent enfin profiter de la plage! Rendez-vous dès le lendemain matin pour aller à la rencontre de la communauté indigène Bríbrí.

 

Samedi matin, je rejoins Enrique, guide touristique et travaillant aussi à ATEC, devant l’agence et nous partons récuperer le groupe à l’hôtel, direction le village de Watsï dans la réserve indigène Bríbrí. Nous assistons à une réunion de la communauté pour la lutte contre le projet d’une mine à ciel ouvert dans la forêt de Talamanca. Un jeune raconte l’histoire de la communauté et les nombreuses luttes qu’elle a menées par le passé. Le Cacique, le chef de clan, renchéri et appelle au combat face à cette nouvelle menace avec une conviction incommensurable. Le langage Bríbrí est très utilisé, la fierté d’appartenir à cette communauté qui émane de tous ces gens est vraiment impressionnante. Malheureusement, nous ne pouvons pas rester bien plus longtemps, juste le temps pour Enrique de faire une donation de la part d’ATEC pour soutenir cette résistance.

 

Nous partons sous le soleil en direction de la cascade Volio. «Juan Carlos», un jeune guide du village nous rejoint pour cette randonnée à travers la forêt et le long de la rivière. La baignade sous la cascade après cette magnifique promenade est comme la cerise sur le gâteau. Je dois l’avouer, j’adore mon boulot!

 

De retour au village, nous allons rendre visite à Don Katato et sa femme pour voir la fabrication du chocolat, depuis l’arbre à cacao jusqu’à notre bouche. Une fois l’appétit bien ouvert nous  dégustons un repas typique à base de légumes et racines, servi directement dans une feuille de bananier.

 

Ma mission d’accompagnateur s’arrête ici, mais les étudiants n’ont pas fini de découvrir notre région et ses habitants. Le reste de la semaine, ils iront à la rencontre des cultures Afro-caribéenne et internationale à Manzanillo et Puerto Viejo où ils participeront volontairement à un projet pour la rénovation de l’école. Que de beaux projets avec ATEC !!

 

Julien MEREAU

 

 

Queques liens:

 

 

Publié dans stage ATEC

Commenter cet article